Notre Paradis

Notre Paradis
Esprimi il tuo giudizio
Aggiungi ai preferiti
  • Tendenza LGBT GGG
  • Eros
  • Media voti utenti
    • (9 voti)
  • Critica
Guarda il trailer Varie

Cast

Notre Paradis

Vassili (Stéphane Rideau) vive facendo il prostituto. Ha già vissuto i suoi momenti di gloria ma adesso sa’ che la sua stella è sulla via del declino. C’è carne giovane in circolazione e le sue tariffe continuano ad abbassarsi. Taciturno, sognatore, quasi nichilista, un giorno trova dentro al Bois de Boulogne, riverso per terra, un giovane inanime, un angelo biondo come dice il suo nome. Lo raccoglie e lo porta a casa. Subito s’innamorano pazzamente uno dell’altro e condividono tutto, anche il mestiere della prostituzione. L’istinto alla violenza di Vassili contagia Angelo. Insieme s’imbarcano in avventure pericolose per i loro clienti ma anche per loro. Succede infatti che per pochi soldi ci scappi il morto. Dopo un intenso amplesso amoroso, temendo di venire braccati, fuggono via da Parigi. Ma uccideranno ancora… Stéphane Rideau è qui al suo primo ruolo d’uomo maturo e risulta ancora più convincente. Il giovane Dimitri Durdaine ci regala tutta la sua grazia. Ambiguo ma efficace anche il ruolo di Beatrice Dalle, incerto tra la figura di una tenera madre e quello di una mantide religiosa. La critica non ha accolto bene il film, giudicandolo crepuscolare sia per come presenta la vecchiaia che la sessualità. Noi crediamo invece che il film abbia una sua forza dirompente e che le suggestive, cruente immagini, insieme ad un forte carica di romanticismo, ci portino verso un approfondimento delle tematiche di questo grande autore gay francese.

Condividi

6 commenti

  1. daniele

    Morel mi è sempre piaciuto molto, quindi questo film è stato una cocente delusione. Psicologismo da quattro soldi a raffica, personaggi forzatissimi, storia senza capo né coda. Una catena di omicidi inspiegabili quanto grotteschi. Peccato perché Rideau è un grande attore (assomiglia sempre più a Depardieu), mentre l’altro – che non conoscevo -, scialbo che più scialbo non si può…
    Sono veramente molto perplesso… sembra un film che cerca di scandalizzare e colpire lo spettattore ad ogni costo: tutta quella violenza, quella perversione e quei nudi sono quasi disturbanti…
    La fotografia e la lente un po’ satura della camera, le ho invece molto apprezzate

  2. istintosegreto

    La smania di vedere l’ultimo lavoro di Morel aumentava con i tentativi falliti di scaricarlo (ho scaricato un paio di pornazzi con lo stesso titolo). La prima parte promette bene: molto buona la caratterizzazione psicologica di Vassili, marchetta ormai troppo vecchia per il mestiere (30 anni). Il suo disagio è comprensibile: egli non ha mai fatto altro che prezzolare il suo corpo, ed ora i clienti lo rifiutano o, alla meglio, tirano sul prezzo. La massima umiliazione arriva da un giovane “collega” che lo caccia via dal marciapiede dicendo: “ho clienti più giovani di te!”. Ben narrato anche l’incontro con Angelo, ragazzotto attraverso il quale Vassili può continuare a vivere com’è abituato. Purtroppo la storia d’amore/bisogno reciproco si perde in una scia di omicidi incomprensibili. Per completare il disastro è inserito in modo posticcio un personaggio femminile esecrabile quasi quanto i primi due. Difficile assegnare un voto… vedrò di fare una media.

  3. ” Notre Paradis” è l’inferno di una coppia maledetta che parla continuamente d’amore reciproco mentre si lascia una scia sanguinosa di omicidi e violenze efferate alle spalle. Non esiste alcun senso sociale , nessun umanesimo in loro : tutto ciò che li circonda è odiato e disprezzato se non asseconda i loro fini.L’unico sentimento “umano” per il più vecchio dei due , il più amorale e il più malvagio , è il timore della vecchiaia , della perdita della giovinezza . Il più giovane è come un pupazzo senza storia , senza nome e senza volontà. Accetta tutto e partecipa progressivamente ad ogni crimine in nome di un amore senza calore e senza domande. La regia è gelida e neutrale , senza alcuna partecipazione sentimentale . Anche il mondo che li circonda è desolato , senza amore e senza luce.
    La recitazione (di tutti) è particolarmente di buon livello come in definitiva la regia . Ma è un film che non vorrei rivedere . Voto 8.

  4. marediguai

    Non c’è nessun paradiso in questa storia,si tratta piuttosto nella discesa agli inferi di Vassili, incapace di far fronte all’età che avanza e all’insofferenza nei confronti di un mondo che lo disgusta. Nemmeno Angelo, vero angelo caduto fra le sue braccia nella notte parigina, riesce a redimerlo e anzi viene spogliato di ogni innocenza ogni nuovo omicidio commesso. Una sorta di ozoniani “Amanti criminali” privati di ogni ingenuità e di ogni speranza. Una favola senza lieto fine, narrata magistralmente con un tocco raggelato, come la neve che avvolge i protagonisti, prima leggera a Parigi e via via sempre più bianca e onnipresente fino al ghiacciato finale nella casa sui monti. Asciutta metafora tragica.

Commenta


trailer: Notre Paradis

Varie

Vassili is an aged prostitute with killer instincts. He finds an unconscious young man in the Forest of Boulogne and takes him home. Now lovers and accomplices, the two men become a couple in prostitution and steal from their clients. And yet, menaces of retaliation leave the couple with no choice but to escape from Paris. The runaway begins…

—————————-

Intervista al regista Gaël Morel di Jacques Grant

J G : Vassili, le tueur en série qu’incarne Stéphane Rideau, tue sans que vous proposiez d’explication. C’était déjà le cas pour le personnage de la mère infanticide dans votre précédent film, New Wave.
G M : Je veille à ne pas cadenasser mes personnages. Un personnage qui tue est impénétrable, en suspens, comme souvent dans mes films. C’est pourquoi mes dialogues sont la plupart du temps plus factuels qu’introspectifs.
– La psychologie serait « le tombeau du héros », comme dit Cioran ?
– Ma référence est Brett Easton Ellis et la nouvelle littérature américaine en général : chez Dennis Cooper par exemple, l’absence de passé des personnages ne tue pas le romanesque, au contraire. Ils sont des héros non parce qu’ils seraient élucidés ou positifs, mais parce qu’ils sont sur un itinéraire. Dans le modèle des modèles, Crime et Châtiment, les raisons du criminel Raskolnikov sont inconnues ; ce que Dostoïevski explique, c’est ce qui se passe en lui après le crime, les conséquences. Si une règle d’or dans la vie est de laisser une image incomplète de soi, j’aime que ce soit le cas pour la vie d’un personnage. Dans des films comme Bonnie and Clyde ou Les Tueurs de la lune de miel, ne rien connaître d’un personnage stimule le romanesque. Cette part d’ombre permet au spectateur de se réfugier, de se projeter – non pas que je veuille en faire un spectateur actif mais c’est la meilleure façon d’entrer en empathie avec un personnage difficilement acceptable. Ce qui est le contraire de la violence gratuite.
APPÉTIT SEXUEL
– Mais ça pourrait être ressenti comme tel. Ne craignez-vous pas qu’en montrant ainsi un homosexuel gigolo et serial killer dont vous n’expliquez pas les motivations, on vous reproche de donner une image négative de l’homosexualité ?
– Je place l’homosexualité dans la sexualité, pas dans le social. Au cinéma et dans les séries (Plus belle la vie, Avocats et Associés), elle est vécue par des hommes qui travaillent, rentrent chez eux le soir, etc. Alors que, même si c’est le cas, leur réalité sexuelle, là où la télé ne peut jamais aller, est très différente – boîtes innombrables, lieux de drague, etc. J’ai conçu mon film comme une réaction à la représentation normative de la société actuelle, à laquelle j’apporte une réponse sexuelle. Je propose à un public homo de se reconnaître dans un personnage mauvais. Aucune femme n’accepterait d’être montrée au cinéma d’une façon aussi bonniche que celle dont sont généralement représentés les homos… Mais je ne présente jamais cet appétit sexuel négativement – la scène « du plan à trois « chez Vassili est la scène de sexe la plus joyeuse du film.
– Tous les personnages du film ont un problème avec l’âge – et pas seulement le tueur, et pas seulement les homos puisque Anna/Béatrice Dalle a des liaisons avec des adolescents.
– Ça a souvent été le cas dans mes films. Pour prendre un seul exemple, dans Après lui, Catherine Deneuve en perdant son fils, perd sa jeunesse, et se lie à une jeunesse post-ado. Dans Notre Paradis, le milieu homo, où on est vécu comme vieux à 40 ans, me permet d’exacerber cette idée. C’est en effet un milieu où quelle que soit sa fonction sociale, on n’a pas de responsabilités familiales qui vous vieillissent de facto ; la sexualité y est très adolescente, et c’est une des raisons pour lesquelles la jeunesse y est si convoitée. Convoitée et pas pour autant respectée, ce pour quoi Vassili, qui chasse et juge, impute la faute à ses prédateurs.
Une des répliques pour moi essentielles du film est celle toute simple du docteur pervers : « Un vieux pédé comme moi ça doit s’inventer d’autres plaisirs ». Sans doute les vieux hétéros le doivent aussi, mais c’est tragiquement – et parfois drôlement – accentué chez les homos.
TROU NOIR
– On connaît votre passion pour les acteurs et les actrices. Je remarque néanmoins que les deux acteurs principaux, Stéphane Rideau et Dimitri Durdaine dont c’est le premier rôle, sont tous deux issus d’un processus non professionnel. C’est un choix ?
– D’abord, pour Stéphane Rideau, ce que vous rappelez est très ancien. Mais c’est vrai qu’il est un acteur atypique. Ce rôle était une affaire de confiance
– de lui en moi, de moi en lui. Stéphane a tout de suite non seulement tout accepté, mais tout voulu. Comme s’il avait déjà le personnage en lui, il n’avait pas à se mettre dans la peau d’un tueur. Stéphane est l’idéal de l’acteur. En ce qui concerne le personnage du jeune Angelo, on s’est très vite aperçu que c’était un rôle à ne pas donner à un acteur. Un acteur, ce qui est normal aurait aimé mettre des intentions. Et plus d’un l’a fait aux essais. Mais je voulais quelqu’un dont la jeunesse s’engage autrement que pour des grandes causes, fût-ce celle du cinéma ! La tendresse, la confiance, se nichent n’importe où – y compris dans la relation avec un tueur. Angelo devait être totalement passif. Il avait seulement à bien connaître son texte et être dans ses marques. Dimitri Durdaine a par rapport aux jeunes quelque chose de très moderne dans son physique et d’éternel dans la réalité : ce côté lisse et doux, dont parlait Edith Piaf dans le Brun et le Blond, est une carapace, une armure, qui le rend impénétrable, le contraire de la performance. Comme les personnages du romancier Dennis Cooper ou ceux de Greg Araki au cinéma, qui, confrontés à des catastrophes, sont des gouffres. Ce trou noir, le pouvoir d’attraction et de destruction du blond Dimitri le manifestait idéalement. Il a été trouvé in extremis, à l’issue d’un long casting de plusieurs mois où le risque du sur-jeu était général. Voilà un futur acteur !

Effettua il login o registrati

Per poter completare l'azione devi essere un utente registrato.